Guadeloupe Patrimoine

Blog sur l’inventaire du patrimoine de la Guadeloupe

Archive pour la catégorie 'Patrimoine immatériel'

La Guadeloupe, un territoire insulaire remarquable

Posté : 29 août, 2011 @ 11:11 dans La biodiversité, Patrimoine immatériel | Pas de commentaires »

 

anime202.jpg

Située dans l’arc des Petites Antilles, la Guadeloupe d’une surface de 1 703 km² émerge du paysage caraïbéen par sa richesse et sa fragilité.

L’un des 34 points chauds de la biodiversité, la Guadeloupe, attire bon nombre de touristes, de chercheurs et « d’écolos ».

La Biodiversité

Le terme biodiversité est employé couramment depuis le sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992. La biodiversité regroupe l’ensemble des formes de vie (microorganismes, végétaux et animaux) en communauté d’espèces dans un habitat particulier. Elle définie la diversité du vivant, son processus de reproduction, son lieu et mode de vie. La biodiversité prend donc en compte : le gène, l’espèce, la communauté et les paysages.

 

Biodiversité et insularité

 

La biodiversité en Guadeloupe connait plusieurs phases qui dépendent à la fois du contexte historique et de la proximité des iles. La faune et la flore décrites par les premiers chroniqueurs tels que le Père Labat ou le Père Du Tertre, ont pu difficilement poursuivre leurs évolutions jusqu’à nos jours. Ces extinctions ont été causées par les chasses intensives ou par les destructions d’habitats.
En revanche d’autres espèces ont été introduites dans un but sanitaire comme la « mangouste » pour lutter contre le rat.
Les espèces vivantes arrivées par hasard ou non en Guadeloupe ne se développent que si les conditions sont favorables, elles modifient leurs caractéristiques pour s’acclimater à l’environnement et donner naissance à des espèces insulaires uniques.
12% des plantes à fleurs en Guadeloupe sont endémiques. Cette spéciation rend les espèces vulnérables aux aléas climatiques et à l’introduction de nouvelles espèces.

 

Certaines espèces ont disparu telles que le « ara de Guadeloupe » ou le « lamentin ».

 

Mesure et protection

 

Les activités humaines se développent de plus en plus sur l’île et exercent une pression considérable sur l’écosystème. La diversité des espèces animales et végétales se retrouvent menacées par les décharges sauvages, les prélèvements lors d’excursions en pleine nature, la surexploitation des ressources naturelles ou encore par l’urbanisation.
Ces pressions influencent le bien-être des populations car la biodiversité est une source d’alimentation, d’automédication avec la pharmacopée caraïbéenne et de matières premières.
Une richesse constituée de 3600 espèces végétales rien qu’en Guadeloupe et en Martinique.
Le véritable problème est que la biodiversité est une richesse irremplaçable, au fil des années nous avons perdu des espèces endémiques au profit d’espèces envahissantes.
Ces disparitions modifient l’écosystème et impactent la survie de certaines espèces dont l’homme.

 

La biodiversité comprend donc trois aspects non négligeables :
- scientifique
- social
- et économique
Qu’il convient de ne pas dissocier afin de garantir un équilibre de vie entre les espèces.

Nathalie Belloiseaux

Source : Travaux Master SIC – Guadeloupe
 

 

12345...9
 

Association des Parents d'E... |
envol madagascar - Eurre Drome |
ecrirelirepenserautrementch... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VSI-TOGO ( Volontariat p...
| À l'asso de la terre, notre...
| handphyclubdijon